Monday, December 20, 2010

O.J. and Me: The Take of the Poet

First, a warning: The following poem was composed before the not-guilty verdict concluding the criminal trial of O.J. Simpson. Naturally that verdict ruined the poem, since its credibility and authenticity rested on the firm assumption that O.J. was guilty as charged, conformingly to the circumstances presented and alleged during the trial, and taken at face value. Therefore the O.J. here discussed is a fictional O.J., reinvented by my subjective hypothesis of what the truth is, independently of the legal judgment or of the real truth of the matter.

Second, while the subsequent verdict by the civil court ruling Simpson’s “responsibility” in the death of Nicole Brown and Ronald Goldman has somewhat reinstated the credibility of my guilt assumption in the poem, it also left me angry by the realization that justice—as search for the truth and correction of wrongdoings—was being perverted by people’s emotions and perceptions, and by the Machiavellianism of the arcane justice system. The death of Brown and Goldman was not really properly adjudicated per se at the end, neither, possibly, were the perpetrator or perpetrators irrefutably proven and punished.

In any case, as with the Von Bulow or the Rodney King cases—and regardless of its application in instances that pleased our ideological bias—a justice system which needs two trials (with two opposite outcomes and two sets of standards) to establish justice, must be a system of injustice. Whatever our empathy for the stricken families of the dead and our admiration for a father’s strong-mindedness in single-handedly seeking justice for the death of his son, amidst tremendous odds; and however captivating was the theatrics of the drama or demeaning was the process, the Simpson’s trials have demonstrated, if anything, that the US justice system remains a Janus, with two faces: One for the poor and one for the rich; one for Black and one for White; one for men and one for women; one for the politically connected and one for the excluded. A justice system unduly influenced by the multiple relations of power in the socio-economic sphere of human interaction, creating a general climate of mystification and untrustworthiness, thus disproving US society’s ideals of itself as a nurturing unit in the pursuit of life’s splendors. Despite our fundamental differences in wealth and material acquisition, O.J. and I have a lot in common. He is Black and male, so am I. He is an athlete, I am a poet: We both deal with elements, space, time, contingency, hazard, dreams, and speed. Speed?… Rather mistrust of the fast lane-life, for my part.

When I first heard the news of the murders, I cried for this one more romance turned hellish and nightmarish. I cried for Nicole, this beautiful woman—who was once an innocent and angelic girl—when she faced her assailant, with his look of perdition, destruction, full of mortuary passion. Her sudden life’s ending let me with a bitter feeling of a life stopped by un-necessary, un-needed and arbitrary situation. Had she woken up on another day, in different circumstances, his gaze could have been one of joy, beauty, inspiring trust, pleasure, a sense of showering in the sun and caressed by the wind, wind and hands of her man, handsome man, charnel creature who would tell her: “I love you.” I also cried for that young and innocent man, Ronald Goldman, who was apparently put, by the contingency of a mere chance encounter (or un-beknownst to us all, by other mysterious causality), between the cross-fire of passion and destruction.

I also cried, of course, for O.J., that man who suffers in silence, in the deepness of his soul and heart; a man who has lost everything that is really dear to him, including his own connection to himself. Despite my assumption of his guilt of the monstrous crime, I empathize with his terrible loss, for this man is the most miserable one among all the tragedy’s protagonists. Faced with his own conscience, probable exclusive receptacle of the ultimate truth, he becomes the undesirable hero of an unwanted drama that transcends his own apprehension of the unfolding events. He becomes an object, passive figurant in a worldwide absurd theater. A fallen hero.

Of course, a fallen hero doesn’t a fallen destiny make. As the philosopher Jean-Paul Sartre said, one can always make something different—by mere will power, by a claim of freedom or a sense of drama,—of what is prescribed by the existential and social determinism of the existing social order. O.J. was sociologically destined, both by the structural construct of this order, and within the historical confine of the time, to be at best a hustler, possibly a resigned poor man, but certainly not a hero. His short-cutting foray into becoming a celebrated sport hero didn’t erase the fact that his success only illustrates the rules of the game: The chances are not every single Black man in the United States would become a sport hero, even though they’d want to. In any case, sport is a safe category that doesn’t need much soul searching. It’s a spectator’s pleasure activity for which the personal odyssey of the athlete is totally irrelevant, much less his political or historical context.

As was the case for most famous black athletes, notably Muhammad Ali and Nascimento Pele among them, the Establishment’s acclaim for the black athletic hero is always lived as a phenomenal, exceptional, even accidental occurrence, which together satisfies its phantasms of glory and its need of a contented self-conscience. Interestingly enough O.J. Simpson and Malcolm X come from, basically, the same historical, ethnic and social background, but while one was celebrated by the so-called mainstream Establishment, the other was perceived as its worst nemesis. While one has inoculated his soul with the fast lane splendor of the American dream, the other launched himself into the unknowns of political rebellion to force justice on the land and freedom for his people. Both are, however, survivors of the same dysfunctional, socio-economic reality from two different angles.

That one was killed as a martyr and the other vilified as a villain, says a good deal of the US spectacle culture. Make no mistake, however: their common blackness is just a small part, a referential epithet in the overall signification of the drama. The fact is that most down-trodden men and women of this society—be they black or white or yellow—share the fundamental alienation of these two men’s destinies by the constant tick-tack of validation between success and failure, representativity and exclusion, acknowledgement and oblivion, celebrity and invisibility, poverty and wealthiness, necessity and contingency, plenitude and imcomplétude, being and nothingness.

Neither the old-time chivalry of the noble classic era, nor the chic of the Post-modernist nihilistic dogma of today, has a remedy for the soul. Killing for my love is no different from killing for my property or killing for my glory and my image: the well-being of the soul is despondent of the nutrients with which it has been fed. Emptiness creates artificiality which in turn creates alienation and heartlessness.

Ironically, independently of his ultimate guilt or innocence, we make O.J. hold the key to our understanding of what occurred that fateful night: but he can also foul us by claiming either innocence or guilt. The sadness of the situation is that whatever the truth behind the dual verdict will prove to be, O.J. will always have to deal with his losses: the loss of a woman he loved, the loss of his children’s trust, the loss of his status of hero. Hero or villain O.J. will never again live in peace.

Naturally, in this matrix of virtuality and reality interceded in a symbiotic madness of wealth, power, sexuality, racism and plasticity, love ceases being a simple joy of being in the company (or the memory) of the beloved Other, be they a sister, a cousin, a friend, a lover, or a spouse; it ceases being the joy of experiencing a moment of transcendental elation with any beautiful human being who brings to your per-sonal existence a little human warmth.

In the end, stripped of its cosmic element, unrepresented in the high drama, love’s “got nothing to do with it,” as the Tina Turner song goes. It becomes an expression of a narcissistic game, a manipulated pawn in a relation of power—as if love the tender, the sweet honey, love the subliminal splendor, love the erotic trance, happiness translated in a feeling of actual well-being, had created a kind of alternated malicious sublimity, a transubstantiated eroticism made of human negations. That devi-ated love would kill on a certain day when it is faced with its reflection of existential boredom, its lacking of purpose, its emptiness, its imcomplétude of being. It will kill because it finds itself far away from the soul, penetrated by terrestrial impulses, taken by a huge force of total destruction. Alienated.

Alienated by a cosmic and social epistemology within the confines of political expediency, for which fundamental issues like life and death, suffering, happiness and human destiny are devalidated, relegated to fantasy category, dismissed as doctrinal orthodoxy coming from obscure preachers lacking the right credentials. While, of course, humans are being marketed as computer data, stupid consumers for whom no manipulation technique is absurd enough to demerit their monies—and their souls.

Today we are already being designated for mass human cloning. Perhaps we will need no mother’s mound, her uterus, her nourishing breast, nor the father’s sperm or parental wisdom, to make us grow and prosper. Can we break away from such a nightmare and build a new human perspective based on the assumption that we can recreate our lives conformingly to our liberational aspirations? That is the question.

Very fortunately, the human spirit always reaches a certain breaking point where it cannot take it anymore, and acts to change the mess—be it in a decade, a century or a millennium. Human cloning, human marketing and human devaluation may be the most trendy achievement that is offered to us today, but we also know that the concept of human redemption—cherished by the religions—is the same as the notion of liberation cherished by the revolutionary movements: a stage of humanization of life, which together encompasses and reformulates all adventures, misfortunes and aspirations of the human soul toward the realization of the dream of being.

We shall not return to the Stone Age because we invented High Technology; we must use High-Tech to help realize the dreams of the Stone Age. After all, why would we want to clone a multiplicity of the same when the sample is in such a state of dismay and decay? It’s sad that the Simpson story was such a compelling story of our time. This world of ours would be a much better world if we had devoted the same amount of attention and concern to the plight of the homeless as we had devoted to the problematic of O.J.’s guilt and innocence. The troubles of the factory worker who has no future in a system of structural exploitation; the confusion of the teen-age mother denounced as a sin-ner in a society of pseudo-parental virtue; the nightmare of the homosexual deprived of a nurturing space; the ghetto girl and boy excluded from the American Dream; the immigrant lost in a virtual and multilateral reality that devaluates his or her sense of being; the proud woman trapped in the male-dominated world of so-called penis envy and pussy reification, would be better off if the O.J. story were just a story. By default of a more nurturing and humanized cosmos tending to real human happiness, we made of the O.J. story our story, while, in fact, it is just the illustration of our nothingness. There must be another way.

Elegies to the Simpson Madness

He killed her one hundred times before
when he told her he loved her as a bird
lost in the wonderment and madness of being.
Adventurer in hell trapped by his own ego,
he descended into the pavement, his soul
had forgotten the path to the infinite space,
to the vast cosmos—celestial transcendence.

He killed because his heart was petrified
by the nostalgia coming from the time passed;
time of love under the pine trees, in open sky,
sensual and sweet moment of ultimate pleasure
when the unity of being and the grace of her flesh
were in enamoring trance with the sun.
—He killed when he was no longer just a dream.

He killed because killing has then become
the purest expression of the male’s power trip,
ero-sacrificial ritual for the fucked-up lovers
bent on destroying the pleasure principle
just to place their unhappiness in a museum.
He killed when beauty was an ideal no more,
when his heart changed suddenly to stone.

He killed when he became a prisoner
restricted in the confines of a miniature cell,
narrow road on a too fast a lane to nowhere,
to the infinite finitude of a morbidity
escaping the artificiality of the naked matter.
His endurance had conquered the magic
only to let it sleep under a zombie spell.

He killed when his love told him in disgust
that all will from now on be a disaster,
dreams changed to nightmare; hailed freedom
for a regained dignity of an oppressed soul,
would end at the tunnel of the Impossible.
O! Valorous courage to attain transcendence
within the nothingness of a dead-end corner!

While the elixir of the Simpson’s drama
was instilled in our veins of spectator guinea-pigs,
soon as the spotlight was on, fixated on the scripts
of myopia and self-hate hailed as entertainment,
you and I were reduced to primal contingence,
ideal consumers for marketing scheme
—happy recipients of soap-opera epics.

While we were dazed off by the Simpson’s pills
zealous legislators were deciding in silence
of our fate and virtues for the next millennium;
innocent men were found guilty as charged
because of their profiles of terrorist bandits;
groups of tenants ended up on the streets
due to downsizing of Wall Street’s junk bonds.
Mortuaries of broken bones, dry tears,
children killed in absence, their dreams depleted,
betrayed within the bureaucratic grandiosity.

Teen-aged mothers were made the enemies
to scapegoat scandalous bilking of the civic trust
by those who take our world as their own domain.
This was a time when suffering was made a crime.
In this diabolical mess smiles changed to swears
while love was reduced to mundane etiquette,
the ideal family was thrown trough the window
for mass consumption and anthropophagy
of a public conditioned to applauding bad-taste
—Magnificence of mediatic happiness,
defiance, defeat and death of a sad romance.

This had begun a long time ego, since the time
when the proud profiteers were made the saviors
of the exotic land—aiming for spatial conquest
and redemptive prayer for life’s degradation
in usurped lands and souls, death in the desert,
amid laments of despair of whole communities
whose souls were eaten by hunger and pain.
It began when we killed the dream and installed
in its stead a computer center to quantify progress
and dis-qualify whatever emotional in-put
or humanly feeling which distracts production.

After they had killed the ideal and the dream,
the law of the jungle became the mainstream,
global madness, false ecstasy in a hellish Nirvana.
Hatred for the self and the Other’s self, eternal
purgatory in Bad-life—and killing will follow,
for we are being told that is the only way, the way
of a soul so distraught that it needs to destroy.
The cops might have been happy, adrenalin risen,
to have hero-figure O.J. feed their prejudices
and keep peace on the land without a fanfare.

O.J. has reincarnated what he was made to be
from the start in a hatred-dominated world,
world of losers who kill wives and girlfriends,
deviants who make love under a freezing sea
beyond the frontiers of Apartheidized lives
and who kiss and yell and dream and cry,
living in constant displacement and defiance.
World of teen-age mothers giving birth
in vast cemeteries paved with grey boredom;
metamorphosis of a boy in an asshole killer
or a pimp who uses charm to collect his dues
and terror if love failed to impose blindness;
surreal manipulator with majestic prestige,
athletic hero edge from Hollywood canon
—phantasms of a universe with no dream.
Celebrate all the protagonists’ histories,
but leave in peace the dead and the living
who share the emptiness of common fate.

The O.J.’s tale is not our history—it is
the lost memory of our depravation;
the mountain’s cloud hiding the beauty.
Who will sing the song of the awakened dead?
Who will throw the first stone at O.J.?

(Boston, 1995–1997)

These essay and poem are extracted from my book, Poetica Agwe : Essays, Poems and Testimonials on Resistance, Peace, and the Ideal of Being, released in December 2010. You can purchase it at

Cet essai et ce poème sont extraits de mon livre, Poetica Agwe : Essais, poèmes et témoignages sur la résistance, la paix et l'idéal d'être, paru en décembre 2010. Vous pouvez vous le procurer

Tuesday, August 24, 2010

La France doit restituer à Haïti la rançon de l'indemnité

L’annonce qui a fait croire que le Quai d’Orsay allait restituer aux Haïtiens l’indemnité que la France leur avait recelée de 1825 à 1947, contre sa reconnaissance de l’indépendance d’Haïti, était bien sûr un canular, celle-ci n’ayant pas encore honoré même son engagement au fonds mis sur pied pour la reconstruction d’Haïti par les Nations unies à la suite du tremblement de terre du 12 janvier, 2010. Mais ce canular a eu le mérite de relancer un débat sur cette escroquerie historique dont la réparation demeure, aujourd’hui encore, une revendication légitime.

À tout considérer, la demande de l’indemnité était totalement inappropriée dans la mesure que la révolution haïtienne était fondée sur le rejet de l’esclavage, sur la dénonciation de ses méthodes de fonctionnement et sur l’appropriation, par le nouveau État, des biens jugés iniques qu’il a générés et dont avaient bénéficié les anciens colons.

Nous appelons l’indemnité une escroquerie pour deux raisons particulières : Premièrement parce qu’elle a été demandée sur de fausses prémisses de droit, à savoir que les anciens colons avaient perdu des biens à cause de l’abolition de l’esclavage et que redressement leur était dû ; deuxièmement, parce que l’indemnité a été imposée sous la menace de l’invasion militaire. La France ne s’était même pas payée le luxe de l’apparence : Le 17 avril 1825, une flotte de 14 navires de guerre était à la remorque, là dans la rade de Port-au-Prince, prête à intervenir. Donc, c’était par l’utilisation de la violence, et non pas suite à un traité ou aux délibérations d’un tribunal international conséquent que l’indemnité a été demandée. Jean-Pierre Boyer, le président haïtien, pouvait certainement refuser et résister à toute attaque française, mais on peut aussi comprendre pourquoi il ne voudrait pas donner à la France une excuse de plus pour attaquer Haïti, d’autant plus qu’elle n’a cessé de menacer l’intervention militaire pour reprendre son ancienne colonie.

Étant donné le boycott général d’Haïti observé par toutes les puissances du monde, grandes et moins grandes, Boyer voyait aussi dans l’acceptation de l’indemnité un bénéfice additionnel. C’est ce qui en effet arriva, suite à l’acquiescement d’Haïti et la bénédiction de la France, d’autres pays reconnaissaient l’indépendance d’Haïti ; naturellement tous ces pays-là qui attendaient le signal français pour reconnaître Haïti étaient objectivement complices dans cette escroquerie. Quant aux États-Unis, où l’esclavage était toujours légalement en vigueur, ayant d’abord utilisé le prétexte de l’indemnité due à la France pour ne pas reconnaître Haïti jusqu’ici, ils n’ont pas de cure par la suite à désigner carrément le « mauvais exemple » que constitue Haïti, terre indépendante d’anciens esclaves libérés, comme raison de leur refus. Leur boycott de la reconnaissance d’Haïti durera ainsi 58 ans, jusqu’en 1862, soit sous l’administration d’Abraham Lincoln, qui lutta au moment contre les sudistes esclavagistes et sécessionnistes.

Certains milieux politiques, pour discréditer la légitimité de la revendication de restitution, ont avancé que l’idée de l’indemnité serait venue d’une proposition d’Alexandre Pétion aux Français pour obtenir leur reconnaissance et stabiliser l’État haïtien « ou pour sortir du ghetto international », comme l’a dit René Depestre, qui affirme, concernant la requête de Jean-Bertrand Aristide à la France en 2003, que cette demande de restitution n’est pas « la manière la plus sereine, la plus intelligente, ni la plus civilisée, de donner un éclat international à la célébration des origines 1». D’autres ont fait valoir que l’indemnité n’a pas de fondement juridique, et qu’après tout, il faut oublier le passé et travailler en paix avec la nouvelle France fraternelle, en tandem avec une « communauté internationale » soudainement protectrice.

On trouve parmi ces derniers, les éléments ex-gauchistes, renonciateurs de leurs propres idéaux de justice, comme Régis Debray et René Depestre, que je critique dans mon livre Critique de la francophonie haïtienne. Régis Debray, en mission pour Jacques Chirac en Haïti en 2003, a critiqué la demande de restitution faite par Aristide, arguant que « le droit en vigueur au moment » ne le prévoyait pas. Citons en entier le paragraphe dans lequel je cite Debray et le critique à fois : « Il est certes à nos yeux scandaleux que Haïti ait dû en quelque sorte acheter en francs or sa reconnaissance internationale après avoir conquis son indépendance au prix du sang, mais faut-il rappeler que le droit à l’autodétermination des peuples n’existait pas en 1838 ? Pas plus que la notion de crime contre l’humanité, née au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale. » Ma réponse à Debray : « Ni en cela les Conventions de Genève (août 12, 1949), pourtant le premier Tribunal de Nuremberg (1945–46) condamnait et exécutait des officiers allemands pour crimes de guerre. Pourquoi surtout suggérer la caducité des revendications parce que l’idée d’une indemnisation serait venue de Pétion et Boyer pour compenser ‘‘des colons français massacrés (15 000) ou en fuite (15 000) ’’ ? À supposer que tel était le cas, cela ne témoigne-t-il pas du fait des grandes pressions militaires, politiques et économiques que la France continuait à exercer sur le jeune État nègre ? Et quand bien même les Français ‘‘dépossédés’’ et assassinés auraient droit à réparation, pourquoi s’arrêter là ? Et le génocide en série (après celui complété des ‘‘peaux rouges’’) causé par la Traite de Noirs ? Les brimades sur les plantations ? 2»

Nous laisserons aux historiens la tâche d’éclaircir les détails de la problématique bilatérale de la question de l’indemnité, mais une chose est déjà claire pour nous, vue dans le contexte historique de la naissance du pays : Jamais la jeune république noire aurait volontiers initié une démarche qui, de toute évidence, ne pouvait que ruiner son projet de développement national. Il est donc absurde, selon l’insinuation de Depestre, d’imaginer que Pétion ou Boyer eussent de plein gré offert et accepté de donner plusieurs générations de leurs recettes et budgets nationaux à une puissance étrangère qui les menace d’invasion, cela confirme une certaine désinvolture de la part de Depestre qui l’amène à cautionner la plupart des ingérences impérialistes en Haïti ces derniers temps.

En fait, tout au cours du règne de Napoléon, puis sous la Restauration royaliste (1814-1830), la France continue de faire des tractations, des magouilles, des démarches insidieuses auprès des autres puissances pour chercher à reverser la nouvelle réalité politique en Haïti, souvent en manipulant la lutte de pouvoir entre les multiples protagonistes haïtiens, et souvent par des menaces militaires directes ou camouflées. Étant donné le prestige de la France comme grande puissance impérialiste, l’inacceptabilité du précédent haïtien comme générateur de droits, et surtout les pressions des anciens colons royalistes, qui ont eu le vent en poupe sous le nouveau régime de la Restauration et qui réclament, sinon le rétablissement pur et simple de l’esclavage, du moins la compensation forfaitaire de leurs biens fabuleux, tout cela dans un environnement international hostile, il n’est pas difficile de comprendre le stress et le grand dilemme où se trouvait Haïti. Il y a en cela un lien direct entre la demande d’Aristide, qui embarrassait Jacques Chirac et Dominique de Villepin, et l’intervention politique et militaire française qui aboutit au renversement d’Aristide en février 2004.

Ce n’est pas sans raison que l’une des premières décisions prises par le régime de facto fantoche de Gérard Latortue après le coup d’État franco-étatsunien de février 2004, était « d'abandonner la réclamation de la dette de la restitution à la France », une réclamation qu’il qualifie d’ « illégale ». Il faut lire à ce sujet une intéressante lettre ouverte de Francis Saint-Hubert, un économiste haïtien, adressée à Latortue en avril 2004 où il s’élève contre le rejet par Latortue du bien-fondé de la demande de restitution, observant que la véhémence de la réaction du gouvernement français peut être due « [p]lus probablement [...], à ce qu'il perçoit, sans vouloir l'avouer publiquement, comme une revendication sérieuse, non seulement embarrassante mais potentiellement très coûteuse, supportée par d'irréfutables faits historiques et, de l'avis de beaucoup, des bases juridiques solides ». Critiquant l’argument de l’absence de fondement juridique, Saint-Hubert ajoute : « Aucun pays au monde, sauf Haïti (ni les États-Unis, ni le Mexique, ni la Colombie, ni même, plus près de nous, l'Algérie ou le Vietnam), n'a été contraint de payer la reconnaissance de son indépendance et d'éviter par une dette paralysante le retour forcé de ses citoyens à l'horreur de l'esclavage. 3»

L’énorme montant, de nature forfaitaire, de la somme exigée dit déjà long sur son importance en 1825 : 150 millions de francs or, renégociée treize ans plus tard, en 1838, à 90 millions. Le nom officiel de l’accord sur la réduction, « Traité de l’amitié », s’avérait un grand précurseur des euphémismes absurdes du Parti républicain aux États-Unis au cours des élections partielles de 1994, qui présentait son programme d’austérité anti-peuple et de la loi et l’ordre comme un positif « Contrat avec l’Amérique », soi-disant favorable au pays, particulièrement à ceux-là qu’on allait dépouiller des protections régulatrices contre les banques prédatrices et des derniers recours à l’assistance sociale. On a estimé que les premiers versements de l’indemnité pour lesquels Haïti a contracté des crédits prohibitifs à la banque centrale de France, ont irrémédiablement affecté le projet de développement d’Haïti, plaçant le pays dans un cercle vicieux d’endettement, d’appauvrissement, d’autoritarisme et de dépendance croissante envers les puissances impérialistes, notamment la France, puis les États-Unis. Les effets cumulatifs nuisibles du cercle vicieux ont décuplé à chaque crise politique, à chaque intervention étrangère impérialiste, à chaque fois qu’on a laissé libre cours aux requins du Bord-de-mer, aux petits boss des usines d’assemblage et aux suceurs de sang de la finance internationale (dont le FMI et la BID) pour déplumer le pays.

À la question du montant exact de la restitution que la France doit à Haïti, Saint-Hubert croit qu’ « Il s'agit en fait, et en surcroît des dommages inestimables causés par l'esclavage lui-même, d'une injustice tout à fait chiffrable en valeur monétaire de son temps, qu'on peut ramener par des méthodes de calculs reconnus en sciences économiques, à une valeur réelle, d'aujourd'hui » 4. Le chiffre de 17 à 23 milliards de dollars, au taux actuel, généralement avancé est bien crédible, mais je ne doute pas que le montant de compensation réel soit beaucoup plus élevé. Il y a certainement aussi des dommages qui ne sont pas chiffrables ou observables à vue d’oeil mais qui ont néanmoins laissé des empreintes indélébiles dans l’existence des victimes et de leurs descendants.

La fiabilité de la demande de restitution

En fait la somme initiale exigée par le roi Charles X — 150 millions francs or — était cinquante pour cent fois plus élevée que celle déjà exorbitante soumise par les ex-colons pour compenser leurs « pertes ». Il est vrai que cette poule aux oeufs d’or qu’a été la colonie saint-dominguoise de la France pourvoyait à une part importante de son économie, faisant vivre un Français sur sept. La coterie française profitait en effet énormément de l’empire colonial, particulièrement de la colonie de Saint-Domingue dont les exportations dépassaient celles combinées des treize colonies anglaises en Amérique du nord. La production et le commerce des esclaves à Saint-Domingue constituaient le tiers de l’ensemble du commerce des esclaves dans le monde. Dans des termes qui annoncent les pratiques déprédatrices du Fonds monétaire international (FMI), des 166 millions de francs or qu’Haïti aura emprunté pour satisfaire les obligations de l’indemnité « plus de la moitié, dit Anthony D. Phillips, était retournée aux mêmes banques sous les rubriques de commissions, honoraires et services d’intérêt » 5.

Comme l’a bien dit Phillips, Haïti était acculée à un « choix hobbesien » : ou acquiescer aux demandes françaises ou résister et risquer la continuation de la guerre, jamais résolue, avec la France. Ce dilemme était d’autant plus ardu et tortueux, qu’Haïti était située dans une région contrôlée par des empires rivaux — France, Espagne, Angleterre, Hollande, Portugal, Allemagne et les États-Unis émergeants —, qui se combattent et cherchent à prendre avantage les uns sur les autres mais qui, tous, répugnent Haïti, le nouvel état nègre, et veulent se prémunir contre le « mauvais exemple » que représente sa radicalité révolutionnaire.

Les conditions draconiennes et pernicieusement gourmandes de l’indemnité auraient été impossibles à satisfaire pour n’importe quel autre pays, mais pour Haïti qui se relevait à peine des désastres de la guerre civile et de la guerre d’indépendance, c’était le comble : « La pauvreté de l’Haïti moderne, dit Anthony Phillips, est inextricablement liée à la dette de l’indemnité. Après l’échec de l’imposition directe, les revenus qui payaient la dette provenaient des mêmes commodités qui avaient fait d’Haïti une colonie lucrative. L’économie haïtienne restait enchaînée dans l’exportation des denrées tropicales, bois, sucre et spécialement café (...). Les conséquences d’un tel drainage, même non surprenantes, étaient dévastatrices pour le trésor public. L’éducation, la santé et l’infrastructure restaient pratiquement non financées tout au cours du XIXe siècle » 6.

Cette tournure des choses ne pouvait qu’être nuisible à la jeune république noire. L’économie haïtienne restait ainsi dépendante des mêmes mécanismes de contrôle que durant l’économie esclavagiste du régime colonial. Les impératifs de production pour l’exportation prennent précédence par rapport aux propres besoins du pays. Comme on pouvait bien le prédire, la dureté économique engendre l’instabilité politique, d’autant plus s’il y a des puissances ennemies qui tirent malicieusement les ficelles...

Prémisses de droits

J’ai parlé plus haut de « prémisses de droits » dans le sens que accepter que la révolution anti-esclavagiste haïtienne ait porté préjudice aux « biens » des ex-colons en termes de droit, c’est reconnaître que l’esclavage est une activité économique légitime. Or, comme on le sait, en 1825 l’esclavage était déjà reconnu et dénoncé comme un crime en Europe et dans certains milieux politiques en Afrique et dans les Amériques. Anthony Phillips a relevé que même dans l’absence d’une loi ou d’un traité spécifique, certains actes sont considérés sur une base jus cogens, c’est-à-dire « ‘‘acceptés et reconnus par la communauté internationale’’ comme criminels (...). Aujourd’hui, la liste des crimes relevant du jus cogens inclut le génocide, la piraterie, l’esclavage et la traite des esclaves, le meurtre en tant que pratique de l’État, la torture, la détention arbitraire prolongée et la discrimination raciale systématique ».

Un autre point important soulevé par Phillips, c’est l’illégalité de l’esclavage au moment de la demande de l’indemnité : « Le Premier Traité de Paris [30 mai 1814] inclut un engagement pris par la France vaincue et les Alliés vainqueurs (la Grande Bretagne, l’Autriche, la Prusse, la Russie et la Suède) de travailler pour l’abolition de la traite des esclaves. Le Deuxième Traité de Paris de 1815 et le Congrès de Vienne en font suite. Tous les deux traités condamnent la traite des esclaves comme inhumaine et en contradiction avec les pratiques des nations civilisées. Les signateurs s’engagent à éradiquer la traite et la pratique de l’esclavage. 7»

Cela dit, bien qu’il n’y ait aucun précédent légal, comme Phillips nous le rappelle, déjà « établi pour gagner un jugement de restitution historique », la demande de restitution est fondée sur des principes de droits solides, sans compter naturellement les principes de droits moraux qui appellent pour la réparation des torts causés aux autres. Donc, le fait que l’esclavage était reconnu et condamné comme crime dans des traités internationaux signés par la France avant 1825 — date de l’application initiale de l’indemnité —, ça annule le bien-fondé de la demande de compensation pour des biens obtenus par une pratique jugée criminelle.

En réalité, le vrai sujet à droits ou ayant droits, c’est l’ancien esclave victime de l’esclavage et ses descendants. Il y a des biens réels qui ont été accumulés grâce à l’exploitation de ces hommes et femmes transplantés comme bêtes de somme sur une terre étrangère qui leur sert de prison. Biens réels contre dénuement total, ça donne exploitation malhonnête, commerce immoral des humains, donc actions préjudiciables à d’autres humains qui ont droit à réparation, à la réhabilitation de la justice.

Aux États-Unis, il y a un très fort mouvement de revendication qui demande réparation tangible aux descendants des victimes de l’esclavage. Je soutiens cent pour cent une telle revendication. Pour la simple raison que des biens réels ont été amassés grâce à cette injustice, et que des torts réels ont été causés contre des gens réels. Nous ne parlons pas ici d’une abstraction théorique, mais bien d’une réalité historique empirique qui continue à affecter d’une manière néfaste les descendants des victimes. On comprend bien, pour qu’il y ait une véritable réconciliation dans une société — ou dans les relations de nation à nation — où des actes de victimisation ont été causés sur un groupe par un autre, il faut qu’on rectifie les torts causés d’autant plus s’ils continuent à handicaper les descendants des victimes.

La configuration de la restitution

Dans mon effort d'appréhender la problématique de l'indemnité et la question de restitution, j'ai consulté plusieurs sources, l'une d'entre elles est Franck Laraque qui, depuis son ouvrage Défi à la pauvreté, publié en 1987, s'est penché sur la crise économique haïtienne et cherche à y trouver une solution « endogène ». Voici ce qu'il pense de la question de restitution après avoir lu le brouillon du présent texte : « [Je suis ] cent pour cent d'accord avec tes arguments irréfutables et complets montrant le bien-fondé du remboursement d'une ‘‘dette odieuse’’ qui a entraîné l'empire de la faim et la perte de la souveraineté nationale. Néanmoins, ce remboursement soulève d'autres points importants : la responsabilité des gouvernements haïtiens avant la dette et après son remboursement dans le sous-développement du pays ; demande de remboursement par négociations bilatérales avec le gouvernement français ou recours aux tribunaux ; versement d'argent comptant à tempérament ou de la somme globale, ou investissement dans l'infrastructure (ponts, routes, ports, aéroports, énergie etc...) ; remboursement à un régime corrompu, dictatorial, déprédateur ou aux organisations paysannes, populaires, progressistes haïtiennes sur le terrain déjà engagées dans la construction du pays ; ou toute autre solution appropriée. »

En effet, les questions soulevées par Franck Laraque quant à la configuration du remboursement, sitôt assurés le consentement par la France de la juste valeur de la réclamation et sa disposition à s’en acquitter, s’avèreront très importantes, car cette configuration pourrait prendre des formes non nécessairement profitables au pays. Sitôt réglée la question de la représentation de l’instance habilitée à recevoir le remboursement (je pense personellement qu’il doit être une question de gouvernement à gouvernement), on peut imaginer plusieurs options.

Je suis, pour ma part, favorable à une option qui mette l’emphase sur l’infrastructure, étant donné l’impact néfaste que le paiement de l’indemnité a eu sur le développement de l’infrastructure, partant sur le développement d’Haïti. Naturellement, dans le cas d’Haïti, on ne peut pas parler de l’infrastructure sans adresser le problème de la dégradation de l’environnement écologique. Le remboursement par la France peut prendre donc la forme de financement (et de partage d’expertise) dans la construction de ponts, routes, ports, aéroports, écoles, et dans la préservation/conservation de l’environnement, dans la reforestation, dans la protection des rivières, des plages, etc. On peut aussi, à la limite, accepter le remboursement en raison de la formule 50/50 échelonnée sur plusieurs années : 50% en liquidités et 50% en financement des projets infrastructurels.

La dette étatsunienne

À la suite de l’occupation étatsunienne d’Haïti en 1915, le service de la dette de l’indemnité était transféré à la National City Bank of New York, une banque américaine (rebaptisée aujourd’hui Citi Bank). Bien entendu cette banque pillait jusqu’aux os le Trésor haïtien, protégée par la baïonnette des marines. En fait, le contrôle du Trésor haïtien par les Étatsuniens précédait de cinq ans l’occupation militaire d’Haïti quand la Banque Nationale d’Haïti fut remplacée par la Banque Nationale de la République d’Haïti, une banque contrôlée par la National City Bank. Craignant la menace que faisait peser l’instabilité politique sur la bonne marche de son capital, la National City Bank faisait tout pour contrôler totalement la douane et la finance haïtiennes, y compris un raid armé en décembre 1914 par les marines étatsuniens sur la Banque Nationale de la République d’Haïti, emportant plus d’un demi-million de dollars US qui furent déposés directement à la National City Bank de New York. La subséquente occupation de juillet 1915, décidée par l’administration de Woodrow Wilson, était déterminée pour une grande part par ces intérêts économiques.

Ce sera une autre histoire et tout un autre ordre de réclamation que celle touchant à la dette des États-Unis envers Haïti, non seulement la dette morale pour avoir participé militairement et aidé à leur indépendance et pour leur avoir favorisé, par l’achat de la Louisiane, de l’acquisition de plus du double de leur superficie de l’époque, mais aussi la dette en valeur monétaire de leur pillage d’Haïti de 1910 à 1947, date du dernier versement de l’indemnité. Il y a aussi la dette de la destruction de l’agriculture haïtienne par l’acquisition manipulatoire des terres arables et leur affectation à l’exploitation exclusive du sisal et de la canne à sucre, le remplacement des cochons noirs et marrons par les cochons blancs, le riz local par le riz étatsunien fédéralement subventionné, donc rivalisant à peu de frais avec la production locale. Il y a surtout la dette quant à la réparation qui est due à Haïti pour les massacres des résistants et des civils haïtiens durant l’occupation qui dure de 1915 à 1934, mais qui continue voilée dans la complicité avec les dictateurs cruels, servants de l’oligarchie, la permissivité envers la bourgeoisie parasite et déprédatrice qui écorche le pays à vif. Il est vrai que beaucoup de courageux Étatsuniens ont reconnu ces dettes et sont solidaires de l’aspiration d’Haïti pour la justice et l’autodétermination nationale, mais il faut que le gouvernement étatsunien lui-même les reconnaisse, non seulement sous les traits de regrets de crocodile d’un ancien président, mais par des actions de solidarité pratiques de la part de la présente — ou de toute prochaine — administration étatsunienne.

Le recours et l’application de la justice sont possibles

Contrairement aux propos désobligeants des hommes comme Gérard Latortue qui qualifient la demande de restitution d’Aristide d’ « illégale » — ou d’« inappropriée » dans le cas de Depestre », cette revendication est juridiquement fondée dans la doctrine du droit européen appelée « l’enrichissement injuste » en vigueur depuis le début du XVIIIe siècle. L’article d’Anthony D. Phillips — « Haiti’s Independence Debt and Prospects for Restitution » — est divisé en deux parties, la première est une narration historique de l’indemnité, particulièrement son rapport génésiaque avec à la fois la crise endémique, l’endettement et la dépendance qu’il nourrit, l’état de pauvreté continuel, la reproduction de l’autoritarisme et de l’autodestruction. Il ne l’a pas dit en ces termes précisément, mais on voit bien, à le lire, que tout revient à cette méchanceté originelle. La deuxième partie touche à la réclamation de restitution selon un empirisme légal fondé sur les torts réels causés et les recours possibles pour appliquer la restitution et obtenir satisfaction.

Parmi les procédés possibles, il y a bien sûr la reprise de la demande de restitution par un nouveau gouvernement haïtien, secondée (ou incitée) par une pression publique insoutenable (comme par exemple le canular lui-même, la pétition des intellectuels à Sarkozy, la clameur publique, etc.). Il y a aussi l’option qu’ont toujours les individus, citoyens civils haïtiens, d’appeler en justice l’État français (pour les torts causés à leurs ancêtres et dont ils continuent à souffrir les conséquences), selon la doctrine de l’enrichissement injuste. Si on peut prouver qu’il y avait « transfert de richesse » obtenu par l’extorsion ou la violence physique, et qui, de plus, a causé des torts et aggravations chez des plaignants, cette doctrine légale appelle pour restitution ou « redressement ». Des descendants d’esclaves noirs étatsuniens et descendants des victimes de l’holocauste se sont servis de cette doctrine légale pour appeler en justice des compagnies profiteuses de l’esclavage, ou, dans le cas des Juifs, les États allemand et suisse, pour exactions contre leurs congénères durant la Deuxième guerre mondiale. Anthony Phillips l’a bien rappelé : « Le transfert des richesses de Haïti à la France et de Haïti aux différentes banques qui finançaient la dette de l’Indépendance est bien établi. Des réclamations détaillées, soumises par des anciens possédants d’esclaves pour compensation, y compris la valeur monétaire de la ‘‘perte’’ des esclaves, et formant le fondement pour la demande du gouvernement français, sont documentées. De même, les termes de l’ordonnance de 1825 et les comptes-rendus des négociations ont survécu. Le gouvernement français a reconnu d’avoir reçu le paiement de 90 000 000 de francs or. L’histoire du premier paiement — 24 000 000 de francs or —, transporté à travers Paris, sortant des coffres de Ternaux Grandolphe et Compagnie pour être déposé aux coffres du Trésor français, est enregistrée. 8»

Bref, il existe amples documentations historiques qui témoignent, détails à l’appui, de l’application systématique de l’escroquerie française à l’encontre d’Haïti, handicapant ainsi structurellement, puisque faite sur un plan continu, répété et s’allongeant sur plusieurs générations, le projet de développement économique d’Haïti. La France doit restituer cet argent. C’est une question de décence et de justice. Le canular sur la restitution a invoqué les terribles dommages causés par le tremblement de terre du 12 janvier 2010 en Haïti comme justification morale de la décision prise par la France pour rembourser la rançon de l’indemnité. C’est en effet une très noble justification, étant donné l’état mille fois déplorable où se trouve le pays suite à ce désastre. La France est un pays très riche dont une bonne part de la richesse est tirée de l’exploitation de ses anciennes colonies, y compris Saint Domingue. Rembourser à Haïti cet argent, c’est faire oeuvre à la fois de magnanimité et de justice — quelque tardive qu’elle soit.

-Tontongi, Boston août 2010


1. Cf. René Depestre, Encore une mer à traverser, Éditions Table Ronde, 2005.

2. Cf. Tontongi, Critique de la francophonie haïtienne, éd. l’Harmattan, Paris, 2008. Lire en particulier les chapitres « Quand "l’instruction musclée" mène au panégyrique autocolonialiste » et « Régis Debray ou le détour déboussolé ». « Depestre présente l’accord sur l’indemnité non pas comme une imposition impérialiste mais comme une manœuvre stratégique de la part des dirigeants haïtiens "de négocier, après coup, une indépendance déjà conquise héroïquement sur les champs de bataille. (…) D’où, pour sortir du ghetto international, en 1825, la décision d’indemniser, à la hauteur de 150 millions de francs or, les colons qui avaient perdu tous leurs biens dans une tourmente qui avait duré douze ans, de 1791 à 1804". On sentait des larmes couler de ses yeux pour cette grande injustice faite aux colons français! » [R. Depestre, Encore une mer à traverser]

3. Cf. « Francis Saint-Hubert conteste la prétention de Gérard Latortue d'abandonner la demande haïtienne de restitution de l'indemnité de l'indépendance extorquée par la France». « [En tant qu'économiste, Monsieur le Premier Ministre, vous savez certainement que la valeur actuelle d'un investissement dépend de deux facteurs : le taux d'intérêt et le temps considérés. À lui seul et à 5% d'intérêt, l'investissement du premier versement de 5 millions de dollars, payé à la France en décembre 1825, rapporterait à Haïti en 2004 (soit 179 ans plus tard) plus de 30 milliards de dollars US ! Cette valeur est donc moins "onirique" que pense M Debray.] »
4. Ibid...

5. Pour une analyse plus détaillée de la question de la dette d’Indépendance d’Haïti et la demande de restitution, il faut lire l’excellent article d’Anthony D. Phillips « Haiti’s Independence Debt and Prospects for Restitution ». On peut le trouver sur le site de l’organisation Institute For Justice and Democracy in Haiti:

6. Ibid... Notre traduction de l’anglais.

7. Ibid... Notre traduction de l’anglais.

8. Ibid... Notre traduction de l’anglais.

(Tontongi est l'éditeur en chef de la revue Tanbou:
Cet essai est aussi publié dans Haïti Liberté du 25 août au 1er septembre 2010:
et dans l'AlterPresse du 30 août 2010 :

Saturday, July 24, 2010

Trois poèmes d’été / Twa powèm ete / Three summer poems

J’ai écrit ces trois, non traduits, poèmes durant l’été 2010, au cours d’une période de deux semaines. Le poème en français est le tout dernier volet — le troisième — d’une série de poèmes d’observation (aperception) sur une personne réelle que j’ai vue décrépir sous mes yeux au cours des ans. Le poème en anglais est tiré lui aussi d’une expérience empirique que j’ai personnellement vécue, pris sous le charme enchanteur d’un oiseau chanteur ; quant au poème en haïtien, il concerne l’état continuellement critique d’Haïti six mois après le tremblement de terre, concluant qu’en face de telles calamités, de souffrances infligées par les manquements humains, et de tant de démissions, « la révolution reste toujours la seule solution ».

Mwen ekri twa powèm san tradiksyon ou wè la yo diran ete 2010 la, sou yon peryòd de de semèn. Powèm en fransè a se dènye — twazyèm — livrezon nan yon seri de powèm obsèvasyon (apèsepsyon) sou yon moun reyèl mwen te wè ap fin delalay devan zye m pandan pasaj ane yo. Powèm ann anglè a soti de yon eksperyans anpirik, reyèl, mwen te pèsonèlman viv, lè m te tonbe anba cham yon zwazo chantè kou Simbi; pou powèm ann ayisyen an limenm, li gen awè ak eta de kriz Ayiti toujou ladann sis mwa apre tranblemanntè a, epitou powèm lan konkli, devan pil kalamite sila yo, nan mitan chay soufrans pwòp imen parèy nou ap fè nou sibi, e devan tou demisyon kaponnri sila yo, « revolisyon ret toujou yon sèl solisyon ».

I wrote these three, non-translated, poems during the summer of 2010, within a period of two weeks. The French poem is the latest — the third — installment of a series of observatory poems (apperception) regarding a real person I have seen aging and falling apart under my eyes over the years. The poem in English is related to an empirical experience I have personally lived, taken as I was by the enchanting charm of a singing bird ; as for the poem in Haitian, it is concerning the continually critical state of Haiti six months after the earthquake, concluding that, faced with such calamities, such suffering inflicted by human failures, and amid such demissions, “revolution still remains the only solution”.

Une aperception du campeur

Son visage est défait
tel un rebours de quoi que soit
depuis notre dernière rencontre
par les rides soudainement apparues
les ossements sous les assauts du temps
élongés tout au long du menton
comme si venant d’une longue traversée.

Je le revois le lendemain
d’une allure pressée et gaie
mais comme pour aller nulle part
il a perdu son calme regard d’introspection
qui questionnait en silence le destin
même si sans jamais le défier.

Je le revois marchant à grands pas titubant,
semblant se résigner au grand troc
de la dégradation galopante du corps
contre de fous moments de plaisirs de l’instant
dans les abîmes du non-retour
comme la voie tracée depuis longtemps
inéluctable comme une perdition.

Pour mieux vivre ses élucubrations
dans les néants de l’extrasensoriel
il s’est longtemps avoué vaincu
pensant que c’est le péché fondateur
qu’on lui fait croire d’avoir commis
qui le dispense de toute obligation.
Il n’est jamais retourné du voyage
qui l’a envoyé dans les ténèbres du temps.

-Tontongi, juillet 2010

The Urban Singing Bird

He sings early in the morning
when the night’s tranquil sleep
crosses paths with the opening day;
he sings the same song in three tones
the kulukulytutulutytukutulitukuly
in the masterly rendering of a pro.
Often other musician birds would join him
in disparate, arbitrary intervals
to complete the morning symphony.
He sings it seems just for the joy
to welcome the dawn at the gate.

He sings in many other places
at different time of the day
I heard him the other day in the brush
near the Cambridge Hospital’s parking lot
serenading in his unique famed melody
its tonality covered by the urban foggy noise.

He sings to go along
with the flow of the time
continuity, movement, cadence
and rhythm of the passing instant.
He sings early in the morning
when nobody seems to care.

-Tontongi, July 2010

Sis mwa apre dekonstonbray

Sis mwa apre dekonstonbray
Se yon sèl traktè moun wè sou Granri
Yon sèl vila an mab souvnans nan plantasyon
Chaje ak motif neokoloni sou Dèlma.
Pil debri kontinye makiye Pòtoprens
Zantray li dyondyonnen pil tant pou moun dòmi.

Sis mwa apre dekonstonbray
Koup Mondyal detounen kout lanmèd malpwòpte
Gòl Forlan ak Inyesta defoule reyalite malouk
Bellerive ak Clinton mande pou lajan debouse
Sot lakay peyi gwo zouzoun ki sèmante sèt fwa
Devan Loni pou ede rekonstwiksyon ak kout kreyon
Sou lokipasyon dan griyen malandren an kas ble
San fè meya kulpa pou diri k’ap toupizi agrikilti.

Anpil tan apre dekonstonbray
Peyi a kontinye depeple opaotwoogalop
Osekou pou sove madichon pran lepa
Tout sa k pèdi yo rete gwo pèdan nan ran ban
Pwofitè anvayi toupatou nan lakou kay Kwakou.

Anpil tan apre dekonstonbray
Ankenn pwomès pa janm reyalize
Kòlèk Bò-de-mè rete byen eskanpe
Menm fo komedi pa fè Lafrans debranle
Yo ret refize peye pou vòl endemnite.

Sis mwa apre dekonstonbray
Tout sa k pèdi yo rete gwo pèdan nan ran ban
Sivivan poko pran bouk chandèl
Mande ladelivrans pou Ayiti Toma.
Anpil tan apre dekonstonbray
Apre tout emosyon anba kadran je CNN
Anderson Cooper ak Doktè Gupta lage bon dokiman
Lajan pa janm deplase sot nan bous Tonton Nwèl.
Anpil tan apre dekonstonbray
Revolisyon ret toujou yon sèl solisyon.

-Tontongi, jiyè 2010

To see other writings by Tontongi, go to website :
Pour voir d'autres écrits de Tontongi, aller sur le site:
Pou wè plis tèks Tontongi ekri, ale sou sit:

Monday, June 7, 2010

Dunga the Mouda

-by Tontongi

I have been watching football (a.k.a. “soccer” in the United States) ever since childhood. The epic ascendance of Pelé, late 1950s early 1960s, coincided with my own developmental upbringing; it was hard to avoid its impact.

In Haiti, soccer was already experienced as a religion, due in part to the great pride Pelé inspired to millions of Haitians. The entire Brazilian National Selection became a kind of second home — sometimes even the first home, considering how many Haitians would root for Brazil when they played against their own national team!

Pelé was the new working class hero. From the perspective of the tyrannical Papa Doc regime, Pelé’s popularity and glorification provided the necessary distraction that kept people from paying too much critical attention to the ambient political oppression that was taking place. This charming expediency worked marvelously until 1985-1986. Still football was a joy, and throughout my pre- and early adolescence, the jogo bonito was an enriching experience. Now a few words on the current World Cup, particularly the Dunga-Ronaldinho bizarre affair.

Like many soccer fans, Brazilian or otherwise, I felt a sense of injustice for the exclusion of Ronaldhino from the Brazilian World Cup squad of 2010. Coach Dunga’s decision was so obviously biased and petty; I saw it as an abuse of power and of coach’s prerogatives. If the World Cup represents a real effort to recognize and celebrate the athletic talents of soccer players around the globe, it is absurd that a superbly fit Ronaldinho, Adriano, Pato or Neymar (to speak only of the Brazilians) are not part of the selection merely because of subjective considerations by an egomaniac coach.

In truth, despite its unfairness one can also understand Dunga’s action/reaction as a human being, although it way over-punishes the initial affront. When Ronaldhino was at his prime at Club Barcelona in Spain, winning local and Champions League competitions in Europe (2006-2008), he refused to play — claiming fatigue — for the newly appointed coach of Brazil National Selection, Carlos Caetano Bledorn Verri, also known as Dunga, who was facing his first serious test as a coach in the Copa América of 2007. Unwavering, Dunga built a new selection under the leadership of Robinho, Elano, Lucio, Maicon and Baptista. They won the 2007 Copa América against a powerful Argentinean rival that included Messi, Tevez, Riquelme, and Veron, beating them 3-0 at the final. Kaká also refused to play at that Copa América for the same reason, but because of his excellent form throughout the 2008-2009 season, or for other reasons I don’t know, he seems to have mended fences with Dunga. That was never the case with Ronaldinho, who said recently in an interview (a few days before the May 11th call-up) that the last time he spoke with Dunga was the previous December, that is six months prior, when Dunga asked him to regain his form.

Personal ego should not be a criterion for important decisions, be they in politics, business, war, or sport. Dunga’s snub of Ronaldinho has been vastly criticized. The World Cup Organizing Committee’s CEO, Danny Jordaan, called it regrettable, saying : “I sometimes think these coaches [believe] they are gods and are out to prove they can do anything they wish... They become blinded by this sense of power.” He called Ronaldinho a “soccer genius” who has talents "enjoyed by few in the game, both past and present.” (Associated Press, May 12, 2010)

The following poem on the non-selection of Ronaldhino started as a knee-jerk reaction of mine, as both a poet and a football/soccer fan, to the unfair human drama that was unfolding before my eyes. Of course, in the realm of objective analyses of and concerns for human conditions, this Ronaldinho thing is a mere mystification. Mystification as theatrical wrestling can be. Except that Dunga may seriously think that a Ronaldinho that would go to the World Cup just to play a beautiful game, the jogo bonito, would be an impediment. Why? Because for Dunga — and unfortunately for the new trend in sport episteme and valorization —, winning is everything, the ultimate goal and finality. Playing to enjoy the beauty of the game is out of the question. This new trend can, of course, only encourage cynicism and the flowing of personal ego trips.

As I read an online article in the New York Times about the Brazilian team selection, I wrote a quick poem in which I called Dunga a mouda, which means ass in Haitian. Of course, the NYT didn’t publish it, and I didn’t expect them to, given that they haven’t published anything I sent them (oftentimes accusatory repartees to coverage or absence of coverage I found unsatisfactory).

A few days later, having not noticed my poem among the published comments, I wrote and sent them a modified version of the poem, this one less overtly insulting to Dunga, but still disagreeing with his decision and still calling him a mouda. (Do they publish poems in the online “Comments” section? I didn’t even ask myself this question!)

Although I expected this second poem to be rejected as well by NYT, I was half surprised that they didn’t just publish it, just for the heck of it. Structurally and grammatically, it was OK, perhaps not the best the English language can produce, but still among the refreshingly emotional impulses one puts in writing to convey dissent, or to affirm a different way of feeling.

It was at that juncture that the idea of writing a trilogy of poems and a blog essay came to my mind. A trilogy that transcends together the NYT’s limited horizon, language use policing and acceptable discourse in a multicultural, multisocial and multilingual society. Unfortunately, the trilogy idea provided no better solution. The third poem, repeating the bad lines of the other two, was a total disaster. It didn’t take me long to figure that out! At this point of inquiry, the New York Times no longer matters. Not willing to accept defeat — ne pas m’avouer vaincu — , I finally decided to use all three poems as raw material for a new poem. Poetry is hard labor, a labor of love, you know.

A last word: Sport has these weird characteristics — shared by philosophy, literature, religion, politics, and pop culture — that can make you personally involved in its on-going, never-ending drama. My first sports hero was of course Pelé, followed by Guy Saintvil (a.k.a. “Ti Guy”) of the Haitian National Selection squad that participated in the 1974 World Cup, the first ever by a Caribbean country. We were so proud of that team, even though it didn’t make it past the first round. The team’s first goal in its opening against powerhouse Italy suspended the entire nation in a euphoria of unimaginable elation. Foutbòl can do that to you. For better or for worse.

-Tontongi, Boston, June 7, 2010

Sport Metaphorics: Dunga the Mouda

Power as metaphor
Pelé caught in a contradiction
saying one day one thing
the opposite the next
one day against Ronaldinho’s butting
few days after the boss had spoken
he was all over backing Dunga’s edict.

Dunga takes away the poetry from the game,
poor soul who sullied
the spirit and its solemnity
Ronaldinho loves the game
you can see it in his smiles
you can see it in his plays.

The power-holder got his way
the losers are the fans,
the loyal believers,
mothers, fathers, sisters and brothers
wanting to enjoy the jogo bonito;
the game has lost
and the people with it.

This thing must be seen
plainly translated à vue d’oeil
for the idiotic slight that it is
to the least as a human frailty.

Power as metaphor
human bestial instinct
even in the sportive realm
has perverted the ideals
of plays and games,
human physical prowess
for recreational aims.
Completion of the adventure of being.
The body and the soul
in osmosis in the complétude d’être,
except that a mono-maniacal ego soul
can anytime withhold the pleasure
enjoyed from the jogo bonito.

Who cares about Dunga the Mouda
amid real life’s calamities and horrors, amid
Port-au-Prince under siege by nature
and by neo-colonists of the Earthquake Commission
looking to reestablish the long past golden days?
Who cares if Gaucho or Neymar or Gousse are bêtes noires
of an ego entangled in self delusional quest?
Maybe the people still care. Maybe.

-Tontongi, Boston, June 7, 2010

To see other writings by Tontongi, go to website :
Pour voir d'autres écrits de Tontongi, aller sur le site:
Pou wè plis tèks Tontongi ekri, ale sou sit:

Saturday, April 24, 2010

A Reminder For the Haitian Crisis

We wouldn’t understand the Haitian problematic if we don’t go through history and learn from the structural rationality, that is the class greed and imperialist interests that cause pain, suffering and human degradation in that country. The following trilingual articles explain a part of that problematic. These essays are among the chapters of my up-coming book Poetico Agwe (2010).

Nou pap ka konprann pwoblematik ayisyen an si nou pa etidye istwa peyi a e aprann de rasyonalite (lojik) estriktirèl lan, sètadi goumandiz sèten klas sosyal ansanm ak enterè enperyalis yo ki se koz lapenn, soufrans e degradasyon kretyenvivan nan peyi sila a. Atik nan twa lang pi devan yo esplike yon pati pwoblematik sila a. Esè sa yo se pati nan chapit liv mwen ki pral vini an ki rele Poetico Agwe (2010).

On ne peut appréhender la problématique haïtienne si nous n’entrons pas dans l’histoire et n’apprenons pas la rationalité structurelle — c’est-à-dire l’avarice de certaines classes sociales, jointe avec les intérêts impérialistes —, qui est à la base des difficultés, douleurs et dégradation de l’humain dans ce pays. Les articles trilingues qui suivent expliquent en partie cette problématique. Ces essais sont parmi les chapitres de mon prochain livre Poetico Agwe (2010).


In Haiti, precisely on the night of February 28-29, 2004, the colonialist relation between grand-blanc and petit-nègre that was the normal occurrence during slavery time, was replayed with unusual vigor when the United States and France intervened militarily in the Haitian crisis, under the pretext of preventing mass killing and saving democracy.

The France-US cooperation with the anti-Aristide coup helped France kill several birds with one stone: Pay back Jean-Bertrand Aristide for the embarrassment he caused in demanding France’s restitution of the billions of today’s dollars it had forced Haiti to pay between 1825 and 1947 in order to recognize its independence; humiliate a country of formerly enslaved Africans that had sparked off the parting shot against colonialism and the French empire; and also reconcile with the United States after the rupture over the Iraq war.

Indeed, France’s opposition to the war against Iraq brought it mostly misfortunes (US hostility, loss of influences and of profitable contracts in Iraq, etc.). With the US’s supremacy as the unique superpower enabled to do whatever it wanted in any case, France’s strategy, at least since the launching of the war, was to mend fences with the United States. The Haitian crisis provided the golden opportunity.

The vehemence of France’s criticisms against George W. Bush’s Iraq venture led people to forget that the two governments, both conservative and interventionist, had in common more points of convergence than divergence. Their rapprochement will thus be made on Haiti’s back.

This was not the first time France and the United States cooperated on a joint approach regarding Haiti. In February 1986, facing the rising violence and revolutionary insurgency of the people against the autocratic-fascist regime of Baby Doc, François Mitterrand and Ronald Reagan maneuvered a smooth and sweet exit for Baby Doc and his regime, making sure that the real power remained in the hands of the regime’s satraps, thus saving it from a possible people’s revolution.

In 2001 Jacques Chirac’s government supported, without batting an eyelid, the embargo on aid decreed against Haiti by the newly inaugurated administration of George W. Bush, thus blocking crucial funding that had been negotiated and agreed upon between the Inter-American Development Bank and the newly-elected government of Aristide. France moreover used its influence to discourage all possibility of aid to Aristide by the European Union.

Indeed, France has never forgiven Haiti for the loss of not only its most profitable colony — named then Saint-Domingue —, but also for the loss of Louisiana, which Napoleon’s defeat in Saint-Domingue compelled him to sell to the United States in order to finance the war against Britain. Far from being grateful to Haiti for facilitating the acquisition of the double of its then territories, the United States saw it rather as further evidence of the “bad example” Haiti represented as a nation of formerly enslaved Africans — therefore the negation of its own slavery system, which was still blossoming at home. It thus took the United States fifty-eight years (1804-1862) to recognize Haiti’s independence, under the administration of Abraham Lincoln who was pursuing his own war against the southern secessionists, supporters of the slavery system in United States.

In this light, the France-US coup against Aristide is part of the will of the two Western powers to impose their neo-colonialist conception on a country of the so-called “periphery” — one that they consider as a client-state falling within their sphere of influence.

The France-US intervention in Haiti’s February-2004 political crisis and their overthrow of Aristide constitute two illegal actions that cannot be a posteriori justified or legitimized despite the possibility they may have aborted a bloody battle between the armed rebels and pro-governmental forces. In any case, the probability of a power-grab by the rebels was very remote, given the fact they had merely two hundred troops, while Port-au-Prince abounded in armed groups, regular and non-regular, many of them Aristide partisans ready to resist all eventual offensives by the rebels on Port-au-Prince. Ultimately, the power that defeated Aristide was the interventionist coup d’état by French and US military units which manipulated the security forces (from the US) that provided security to Aristide. One cannot help but think of the astuteness used in the abduction of Toussaint two centuries before.

What is undeniable, however, it’s that more people were killed, more houses were looted, more damages, physical and emotional, were caused after the kidnapping and the exile of Aristide than during the entire period of the final phase of the crisis, which began on February 5, 2004, when Gonaïves fell to the rebels.

The intervention has profoundly subverted Haiti’s constitutional process and imposed a unilateral decision establishing the preponderance of France’s and the United States’ imperialist interests (Canada and Brazil playing the supporting role), regardless of what their Samaritan propaganda has insinuated. It’s a classical case of the imposition of mighty powers’ interests on international laws of the moment, as is shown in Afghanistan, in Iraq or in Ivory Coast. In their rush to intervene in Haiti, neither France nor the United States cared to ask the authorization of the government of the sovereign state, even though Aristide himself seemed to invite George W. Bush to intervene — in his favor, of course — in his CNN interview two days before the invasion.

This illegal action didn’t reflect positively on France’s and the United States’ pretence at civilizing. The image that was projected throughout the world was that of Conquering White Men imposing their will on a sovereign country. An image not really different from Napoleon’s onslaught in Haiti two hundred years before, or Mussolini’s massacres in Ethiopia or Israeli incursions in the occupied territories — notwithstanding the “humanitarian” intent evoked as justification for the coup.

Another phenomenon of propagandist hypnosis that was in evidence, but which was presented as otherwise in the Haitian crisis, was the selling of the notion that the France-US invasion was a good thing for Haiti. It is a distortion that has particularly affected the European left (contrary to the US left, who knew better). It is a weird logic, one that suggests if you invade my country, destroy my institutions, create chaos in my society, kill and humiliate my people, all of that is to be OK as long as your intention is good!

In the course of the two years that de facto regime lasted following the France-US intervention in Haiti, the economic, political, and security situations worsened multifold, making the Aristide era look like a peaceful oasis in comparison (the situation of total horror has somewhat improved after René Préval’s election in March 2006). It is not our intention here of choosing one evil over another. Ours is the wish of surpassing, transcending their limit, their confining horizons, and, instead, reposing new questions, in terms of Haiti’s radical liberation from oppression, poverty, foreign domination and petit-bourgeois opportunism.

Despite the structures of oppression that mold it a certain way, the Haitian crisis, then and now, is not a structural crisis per se; it is essentially a struggle for power between protagonists within the same political class, which comprises elements of the ruling bourgeoisie, the latifundist land owners, and the petit-bourgeois intellectuals of the so-called “middle class”.

Truly, the opportunism of the petit-bourgeois and the malfeasance of the Empire were not the only elements responsible for the defeat of the Lavalas government in February 2004. Aristide’s populist antics and autocratic exercise of power, the traditional cronyism and corruption in a society versed in survivalism, personal profit-seeking as political finality pursued by many, including some of his supporters, which the opposition blamed him for not doing much to stop, all of that contributed a great deal to the failure of the Lavalas government and, by extension, the popular movement.

Of course Haiti is only a small factor in the global problem of domination by the West, although what happens in Haiti informs on the general orientation of neo-imperialist goals and impulses in the global geo-political context. With the invasion of Haiti in 2004, the Bush administration wanted to send several messages at once, especially during this first year of the Iraq occupation, which had already started to look problematic. The Haiti invasion was meant to show US resolve and the continued control of its own hemispheric flank, while helping the administration’s right-wing zealots get rid of their nemesis Aristide, pleasing their friends from the Haitian elite in the process.

It was somewhat of a surprise to hear the former US ambassador to Haiti, Brian Dean Curran, explicitly acknowledge and condemn a White House policy he himself helped implement 1. He did it certainly, at least in part, to distance himself from a governmental action whose disastrous consequences had become more and more evident (putting the blame on Stanley Lucas, the local homme de main, who had been in charge of overseeing the Republican National Institute’s dirty work in the country). As Georges Clemenceau once said, successes have many fathers, while failure is orphaned.

Just like in the invasion of Iraq in March 2003, the preliminary conditioning of people’s intellectual apprehension had very well succeeded in Haiti’s case. The “red priest” had become so undesirable to French and US-American reactionaries that his overthrow was shown to be inevitable. As we shall have seen in the election of Hamas in Gaza in January 2006, oftentimes one doesn’t need the pretext of democracy to justify hostility toward the people’s resistance.


For now, in the middle of 2010, that is, after two years of the putschist regime and four years of governing by the second Preval presidency, and a devastating earthquake, the country is still facing a political, economic and ecological crisis from which it is not near to recovering. Hope is permitted, however: The resilience and combativeness of the people, together with a genuine international (and inter-popular) solidarity can accomplish miracles of revolutionary proportions.


1. For more details, read the article of Walt Bogdanich, “Mixed U.S. Signals Helped Tilt Haiti Toward Chaos” in the New York Times of January 29, 2006. See also Allan Nairn’s “Our Payroll, Haitian Hit,” in The Nation of October 9, 1995.


Ann Ayiti, ekzakteman nan lannwit 28 rive 29 fevriye 2004, relasyon kolonyalis ant gran-blan e ti-nèg, ki te pratik kouran nan tan koloni, te vin retounen an fòs lè Etazini ak Lafrans entèveni nan kriz ayisyen an, sou pretèks pou yo anpeche yon bendesan e pou swadizan sove demokrasi.

Kowoperasyon Lafrans ak Etazini nan aplikasyon fòs gwo-ponyèt la te pèmèt Lafrans te bay plizyè kou ak yon sèl kout wòch : Pran revanch sou anbarasman Jean-Bertrand Aristid te koze li nan demand li fè Lafrans pou l remèt 21 milya dola (montan jodia) Ayiti te vèse ba li ant 1825 e 1947 kou endemnite pou l rekonèt endepandans Ayiti ; imilye yon Eta ansyen esklav ki te pote premye kou danvwa kont kolonyalism modèn lan e kont ampi franse a ; epitou, rapwoche l de Etazini apre ti fache yo te fè osijè lagè kont Irak la.

Lefètke opozisyon Lafrans kont lagè Irak la te koze l sèlman pwoblèm (ostilite Etazini, pèt enfliyans ak kontra gwo zouzoun ann Irak, elatriye), epitou etandone pwisans siprèm Etazini antanke inik sipèpwisans te pemèt li fè tout sa l vle detoutfason, politik Lafrans, omwen depi lansman lagè a, se te pou l rapwoche l de Etazini. Kriz ayisyen an vin ofri l yon okazyon dò.

Kantite gwosè kritik Lafrans kont politik irakyen George W. Bush la te fè anpil moun bliye toude gouvènman yo, ki te toulède konsèvatè e entèvansyonis, te gen plis pwen konvèjans ke divèjans. Yo fè donk rapwochman yo sou do Ayiti.

Se pa te premye fwa Lafrans ak Etazini te kolabore nan yon apwòch komen anvè Ayiti. An fevriye 1986, devan zak enzireksyon deplizanpli vyolan e revolisyonè pèp la kont rejim otokratik-fachis Bebe Dòk la, François Mitterrand e Ronald Reagan te maniganse yon sòti an dousè pou misye, yo fè l yon fason pou rèn pouvwa a ret nan men malfektè rejim lan ; se konsa yo sove sistèm lan kont yon revolisyon popilè ki te posib.

An 2001 gouvènman Jacques Chirac la te soutni san l pa poze keksyon anbago sou èd nouvèl administrasyon George W. Bush la te dekrete kont Ayiti, se konsa li bloke yon èd trè enpòtan ki te negosye e konsanti ant Bank pou devlopman entè-ameriken e gouvènman Aristid la ; menmlè a tou Lafrans limenm itilize tout enfliyans li pou l dekouraje tout posiblite èd Inyon Ewopeyen an te ka pote bay gouvènman Aristid la.

Ojis, Lafrans pa janm padone Ayisyen yo pèt nonsèlman koloni l ki te pi florisan an, ke l te rele Sen-Domeng, men tou eta Lwizyàn ke defèt Napoleon nan Sen-Domeng te blije li vann bay Etazini pou li te ka finanse lagè Lafrans t’ap mennen lè sa a kont Angletè. Olyeke l te montre rekonesans anvè Ayiti pou ede l akeri doub teritwa li alepòk lan, Etazini de preferans te wè sa kou yon prèv siplemantè de « move ekzanp » Ayiti te reprezante antanke nasyon ansyen esklav, kidonk negasyon pwòp sistèm esklavajis ki te an vigè lakay Etazini. Se konsa li pran Etazini pliske senkantuit tan (1804-1862) pou l rekonèt endepandans Ayiti, sètadi sou administrasyon Abraham Lincoln lan ki t’ap pousuiv nan tan an yon lagè kont sesesyonis sidis yo, ki te patizan pou mentni esklavaj Ozetazini.

Entèvansyon Lafrans ak Etazini nan kriz ayisyen an e ranvèsman yo de Aristid sou pouvwa a se de zaksyon ilegal ki pa kab jistifye e lejitimize a posteriori, malgre ke yo te kapab anpeche gwo batay — donk posibleman yon bendsan — ant rebèl ame yo ak fòs pro-gouvènman yo. Detoutfason, pwobabilite pou rebèl yo te pran pouvwa a pat menm yon bagay ki te asire, etandone rebèl yo te apèn de san zòm, tandiske Pòtoprens te chaje ak gwoup ame regilye e iregilye, anpil ladan yo patizan Aristid, ki te prè pou defann li e reziste kont tout ofansiv rebèl yo sou Pòtoprens. Fòs ki vin depatya Aristid la se koudeta entèvansyonis inite militè fransè ak etazinyen yo ki manipile ajan sekirite (etazinyen) ki tap asire sekirite Aristid yo. Yon moun pa ka anpeche tèt yo panse ak magouy Fransè yo te anplwaye a lè yo te kidnape Tousen de syèk anvan sa.

Sa ki okontrè te vin klè, plis moun te vin pèdi lavi yo, plis kay ak etablisman te vin piye, plis domaj, domaj fizik e emosyonèl, te vin koze apre anlèvman e ekzil Aristid la ke diran tout peryòd faz final kriz la, ki te kòmanse 5 fevriye 2004 kan Gonayiv te tonbe anba men rebèl yo.

Entèvansyon an te boulvèse pwofondman regilyarite konstitisyonèl ayisyen an e enpoze yon opsyon inilateral ki tabli priyorite enterè enperyalis peyi Lafrans ak Etazini (avèk Kanada e Brezil nan wòl sipò), malgre sa yo te deklare nan pwopagann sekouris yo. Se yon ekzanp klasik de enpozisyon enterè pwisans ki pi fò yo nan lwa entènasyonal an vigè nan moman an, kou nou ka wè ann Afganistan, ann Irak oubyen an Kotdivwa. Nan kouriprese pou yo entèvni ann Ayiti, ni Lafrans ni Etazini pat wè li te nesesè pou yo mande otorizasyon gouvènman peyi souveren an, menmsi avrèdi Aristid te sanble envite George W. Bush pou li entèvni — an favè pa li byennantandi — nan entèvyou li bay CNN de jou anvan envazyon an.

Zak ilegal sila a pat reflekte pozitivman sou pretansyon peyi Lafrans ak Etazini kòm peyi sivilize. Imaj yo te voye bay lemond antye se te imaj Gran-Blan ki tap enpoze volonte yo sou yon peyi souvren ; yon imaj ki pa two diferan de imaj mefè Napoleon yo nan Sen-Domeng de san zan oparavan, oubyen tou imaj Musolini ann Etyopi, oubyen ankò imaj atak Izraelyen yo sou teritwa okipe yo — malgre evokasyon yon swadizan entansyon « imanitè » kou jistifikasyon pou entèvansyon ame a.

Yon lòt fenomèn ipnotik ki t’ap boulinen nan kriz ayisyen an men ke yo te fè parèt tankou yon lòt bagay, se te pwopagasyon nosyon envazyon franko-meriken an te yon bon bagay pou Ayiti. Se te yon jebede ki te patikilyèman afekte goch ewopeyen an (kontrèman a goch etazinyen an ki te limenm te kenbe ti dout). Yon lojik etranj ki vle di ou dwe kontan si yo anvayi peyi ou, detwi enstitisyon w yo, kreye kawos nan sosyete w, tiye e imilye pèp ou, tout sa dwe oke paske yo gen bòn entansyon !

Diran de zane rejim defakto yo enstale apre entèvansyon franko-meriken an ann Ayiti a te dire, kondisyon ekonomik, politik e sekirite yo vin anpire plizyè degre ; yo menm vin fè epòk Aristid la parèt tankou yon ti oazis/laplèn fètil pezib an konparezon (sitiyasyon malmalouk total la vin yon tijan amelyore apre monte opouvwa gouvènman Rene Preval la nan eleksyon an mas 2006 la). Se pa entansyon nou koulyea pou nou chwazi yon mal pou yon lòt. Bi nou se pou nou depase, transande limit ak orizon fèmen yo, e repoze, nan plas yo, nouvo keksyon antèm liberasyon radikal Ayiti de opresyon, povrete, dominasyon etranje, ansanm ak opòtinism tiboujwa.

Menmsi estrikti opresyon yo ka enfliyanse li, kriz ayisyen an alepòk la e jodia, pa yon kriz estriktirèl nan limenm ; li se esansyèlman yon lit pou pouvwa ant eleman ki soti nan yon menm klas politik, ki gen ladan li politisyen ki sot nan boujwazi tradisyonèl la, gran pwopyetè teryen latifundis yo ansanm ak entèlektyèl tiboujwa ki soti nan sa yo rele « klas mwayèn » lan.

Avrèdi, opòtinism tiboujwa yo e malveyans Ampi meriken a pat sèl eleman ki kontribye nan defèt gouvènman lavalas la an fevriye 2004. Tandans popilis Aristid yo ansanm ak ekzèsis otokratik li de pouvwa a, tradisyon kliyantelis ak koripsyon nan yon sosyete k’ap toufounen nan sivivalism, rechèch enterè pèsonèl kòm finalite politik anpil moun t’ap pousuiv, san retire anpil nan sipòtè Aristid yo, ke yo repwoche l li pat fè anpil bagay pou l estope, tout sa yo tou te kontribye nan fayit gouvènman lavalas la, e ansanm avè l, mouvman popilè a.

Byennantandi, Ayiti se yon faktè toupiti nan pwoblematik global dominasyon oksidantal la, men sa ki rive ann Ayiti enfòme moun sou oryantasyon jeneral enpilsyon e objektif neo-enperyalism yo nan kontèks jeopolitik global la. Avèk envazyon Ayiti an fevriye 2004 la, administrasyon Bush la te vle fè pase plizyè mesaj alafwa, espesyalman diran premye ane okipasyon Irak la ki te deja ap vin pwoblematik. Yo te chapante envazyon Ayiti a pou yo te demontre detèminasyon Etazini e kontwòl yo kontinye genyen nan pwòp emisfè yo, pandan menm lè y’ap pèmèt fanatik ekstrèm-dwat Pati Repibliken yo debarase yo de bèt nwa yo Aristid, e anmenmtan an ede zanmi yo nan lelit ayisyen an.

Se te kanmenm yon sipriz pou wè ansyen anbasadè meriken an ann Ayiti, Brian Dean Curran, vin admèt klèman e kondane yon politik Mezon Blanch li te limenm ede aplike 1. Li fè sa sètènman, omwen yon pati nan rezon yo, pou l te ka pran distans li parapò yon zak gouvènman l lan ki te gen konsekans terib ki vin parèt pi evidan deplizanpli (li plase blam lan de preferans sou Stanley Lucas, nèg Enstiti Nasyonal Repibliken mete sou teren an pou fè travay malouk yo). Kouwè Georges Clemenceau te di oun lè, siksè gen anpil papa, men fayit limenm ret òfelen.

Menmjan nou ka wè nan envazyon Irak an mas 2003, desounman preparatif konpreyansyon moun yo te byen reyisi nan ka Ayiti a tou. « Monpè wouj » la te vin si endezirad pou reyaksyonè fransè ak meriken yo ke yo te fè pase ranvèsman Aristid tankou yon bagay ou pat ka evite. Kouwè jan nou vin wè sa nan eleksyon Hamas nan Gaza an janvye 2006, anpil lè yo pa menm bezwen pretèks demokrasi pou yo jistifye ostilite yo kont rezistans pèp yo.


Pou koulyea, nan mitan ane 2010, sètadi apre de zan rejim putchis e kat tran gouvènans dezyèm prezidans Preval la, san wetire yon tranblemanntè dekonstonbray, peyi a toujou ap konfwonte yon kriz politik, ekonomik e ekolojik ke l pa prè pou l vin rezoud. Men sepandan, gen ti plas pou lespwa : kouraj ak konbativite pèp la, jwenn ansanm avèk yon vrè solidarite entènasyonal (e entèpèp) ka akonpli mirak ki djanm ak karaktè revolisyonè.


1. Pou plis detay, li atik Walt Bogdanich an « Mixed U.S. Signals Helped Tilt Haiti Toward Chaos » nan nimewo 29 janvye 2006 New York Times. Li tou atik Allan Nairn « Our Payroll, Haitian Hit » nan magazin The Nation, edisyon 9 oktòb 1995.


En Haïti, précisément en cette nuit du 28 au 29 février 2004, la relation colonialiste entre grand-blanc et petit nègre, qui était pratique courante durant l’esclavage, était rejouée avec une vigueur inusuelle dans l’intervention militaire des États-Unis et de la France dans la crise haïtienne, sous le prétexte de prévenir un bain de sang et de sauver la démocratie.

La coopération franco-étasunienne dans la mise en application du coup de force a permis à la France de faire d’une pierre plusieurs coups : Prendre sa revanche sur l’embarras que lui a fait essuyer Jean-Bertrand Aristide dans sa demande de la restitution des 21 milliards de dollars (montant d’aujourd’hui) versés à l’État français entre 1825 et 1947 comme indemnité pour reconnaître l’indépendance d’Haïti ; humilier un État d’anciens esclaves qui portait le coup d’envoi contre le colonialisme moderne et l’empire français ; et aussi, se rapprocher des États-Unis après la rupture sur la guerre contre l’Irak.

En effet, l’opposition de la France à la guerre contre l’Irak ne l’ayant apportée que des ennuis (hostilité des États-Unis, perte d’influence et de contrats alléchants, etc.), et la toute-suprématie de l’unique-superpuissance EUA l’ayant permise de faire ce qui bon lui semble de toute façon, la politique de la France, depuis au moins le lancement de la guerre, a été de se rapprocher des États-Unis. La crise haïtienne lui aura procurée l’occasion d’or.

La véhémence des critiques de la France contre la politique irakienne de George W. Bush avait fait oublier que les deux gouvernements, conservateurs et interventionnistes, avaient plus de points de convergence que de divergence. Leur rapprochement se fera donc sur le dos d’Haïti.

Ce n’est pas la première fois que la France et les États-Unis collaborent dans une jointe approche envers Haïti. En février 1986, face à l’insurrection de plus en plus violente et révolutionnaire du peuple contre le régime autocratico-fasciste de Bébé Doc, François Mitterrand et Ronald Reagan manigançaient une sortie en douceur pour celui-ci, faisant en sorte, au demeurant, que les rênes du pouvoir restent dans les mains des satrapes du régime, sauvant ainsi le système d’une possible révolution populaire.

En 2001 le gouvernement de Jacques Chirac soutenait sans sourciller la politique d’embargo sur l’aide contre Haïti décrétée par la nouvelle administration de George W. Bush, bloquant ainsi une aide cruciale pourtant négociée et consentie par la Banque interaméricaine de développement à Haïti ; tandis que la France usait de ses influences pour décourager toute possibilité d’aide de l’Union européenne au gouvernement d’Aristide.

En fait, la France n’a jamais pardonné aux Haïtiens la perte de non seulement sa plus florissante colonie, appelée jadis Saint-Domingue, mais aussi de la Louisiane que la défaite de Napoléon à Saint-Domingue l’obligeait à vendre aux États-Unis pour financer la guerre que la France menait alors contre l’Angleterre. Loin d’être reconnaissants envers Haïti pour leur avoir favorisé l’achat de plus du double de leurs territoires d’alors, les États-Unis le voyaient plutôt comme une preuve supplémentaire du « mauvais exemple » que celle-ci représentait en tant que nation d’anciens esclaves, donc négation du système esclavagiste toujours en vigueur chez eux. Il a mis ainsi aux États-Unis plus de cinquante-huit ans (1804-1862) pour reconnaître l’indépendance d’Haïti, soit sous l’administration d’Abraham Lincoln qui poursuivait au moment une guerre contre les sécessionnistes sudistes, partisans du maintien de l’esclavage aux États-Unis.

L’intervention de la France et des États-Unis dans la crise haïtienne et leur renversement d’Aristide du pouvoir constituent deux actions illégales qui ne peuvent pas être a posteriori justifiées ou légitimisées, en dépit du fait qu’elles pourraient avoir prévenu des batailles rangées — et donc possiblement un bain de sang — entre les insurgés armés et les forces progouvernementales. De toute façon, la probabilité de la prise du pouvoir par les insurgés était très mince, étant donné que ceux-ci constituaient à peine deux cents hommes, tandis que Port-au-Prince regorgeait de groupes armés réguliers et irréguliers, beaucoup d’entre eux partisans d’Aristide, prêts à le défendre et à résister toute offensive des insurgés sur Port-au-Prince. La force qui vaincra Aristide en dernière instance, c’est le coup d’État interventionniste des unités militaires françaises et étastsuniennes qui manipulent les agents de sécurité (étatsuniens) assurant la sécurité d’Aristide. On a du mal à ne pas penser à l’astuce employée dans l’enlèvement de Toussaint deux siècles auparavant.

Ce qui était sûr par contre, c’est que plus de personnes ont été tuées, plus de maisons et d’établissements étaient pillés, plus de dommages, physiques et émotifs, étaient causés après le rapt et l’exil d’Aristide que durant toute la période de la phase finale de la crise, qui commençait le 5 février 2004, quand Gonaïves tomba aux mains des insurgés.

L’intervention a profondément subverti la régularité constitutionnelle haïtienne et imposé une option unilatérale établissant la prépondérance des intérêts impérialistes propres de la France et des États-Unis (le Canada et le Brésil jouant le rôle de suppôt), quoiqu’en dise leur propagande secouriste. C’est un cas classique d’imposition des intérêts des plus forts dans les droits internationaux du moment, comme on l’a vu en Afghanistan, en Irak ou en Côte d’Ivoire. Dans leur hâte d’intervenir en Haïti, ni la France, ni les États-Unis n’avaient cure de demander l’autorisation du gouvernement d’un État souverain, même si Aristide, il est vrai, semblait inviter George W. Bush à intervenir — en sa faveur bien sûr — dans son interview à CNN deux jours avant l’invasion.

Cette action illégale ne reflétait pas positivement sur la prétention de la France et des États-Unis à la civilisation. L’image qui était renvoyée à travers le monde était celle de Grands-Blancs imposant leur volonté sur un pays souverain ; une image qui n’était pas trop différente de celle des méfaits de Napoléon à Saint-Domingue deux cents ans plus tôt ou celle de Mussolini en Éthiopie, ou celle des incursions israéliennes dans les territoires occupés — en dépit de l’invocation de l’intention « humanitaire » comme justification du coup de force.

Un autre phénomène d’hypnose propagandiste en évidence dans la crise haïtienne mais présenté pour quelque chose d’autre, c’était l’insinuation de la notion que l’invasion franco-étatsunienne était une bonne chose pour Haïti. Une distorsion qui avait particulièrement affecté la gauche européenne (contrairement à la gauche étatsunienne qui était plus sceptique). Une étrange logique qui suggère que si vous envahissez mon pays, détruisez mes institutions, créez le chaos dans ma société, tuez et humiliez mon peuple, tout cela devrait être OK aussi longtemps que votre intention soit pure !

Au cour des deux années que dura le régime de facto installé après l’intervention franco-étatsunienne en Haïti, les conditions économique, politique et sécuritaire ont empiré à plusieurs degrés, faisant paraître l’ère d’Aristide comme une oasis paisible en comparaison (la situation de totale horreur s’est comme quoi améliorée après l’élection de René Préval en mars 2006). Il n’est pas ici question de choisir un mal à un autre. Notre souhait est de dépasser, transcender leur limite, leur étroit horizon, et de reposer, à la place, de nouvelles questions en termes de la libération radicale d’Haïti de l’oppression, de la pauvreté, de la domination étrangère, aussi bien que de l’opportunisme des petits-bourgeois.

En dépit des structures d’oppression qui sans doute la façonnent une certaine façon, la crise haïtienne, d’alors et d’aujourd’hui, n’est pas une crise structurelle à proprement parler ; c’est essentiellement une lutte de pouvoir entre les protagonistes au sein d’une même classe politique, qui comprend les politicos de la bourgeoisie dirigeante traditionnelle, les grand propriétaire terriens latifundistes et les intellectuels petits-bourgeois de la dite « classe moyenne ».

À la vérité, l’opportunisme des petits-bourgeois et la malfaisance de l’Empire n’étaient pas les seuls éléments responsables de la défaite du gouvernement Lavalas en février 2004. Les velléités populistes d’Aristide et son autocratique exercice du pouvoir, la tradition clientéliste et la corruption d’une société pétrie dans le survivalisme, la quête de l’intérêt personnel comme finalité politique poursuivie par certains, y compris certains de ses supporteurs, qu’on lui reproche de ne pas trop faire pour stopper, tout cela a aussi contribué à la faillite du gouvernement Lavalas et, par extension, du mouvement populaire.

Bien entendu, Haïti est un infirme facteur dans la problématique globale de la domination occidentale, mais ce qui arrive en Haïti informe sur l’orientation générale des impulsions et objectifs du néo-impérialisme dans le contexte géopolitique global. Avec l’invasion d’Haïti en 2004, l’administration de Bush avait voulu signaler plusieurs messages à la fois, spécialement en cette première année de l’invasion de l’Irak qui commençait déjà à être problématique. L’invasion d’Haïti était conçue pour montrer la détermination des États-Unis (spécialement leur contrôle continu sur leur propre hémisphère), tout en permettant aux zélés extrême-droitiers du parti républicain de se débarrasser de leur bête noire Aristide, et en même temps aider leurs amis de l’élite haïtienne.

C’était tout de même une surprise de voir l’ancien ambassadeur étatsunien en Haïti, Brian Dean Curran, reconnaître explicitement et condamner une politique de la Maison Blanche qu’il avait lui-même aidée à appliquer 1. Il l’a fait certainement, au moins en partie, pour prendre ses distances à l’endroit d’une action gouvernementale dont les conséquences désastreuses devenaient de plus en plus évidentes (plaçant de préférence le blâme sur Stanley Lucas, l’homme de main du terroir en charge de superviser les sales boulots de l’Institut National Républicain dans le pays). Comme Georges Clemenceau l’a dit un jour, le succès a beaucoup de pères, tandis que la faillite est orpheline.

Tout comme dans l’invasion de l’Irak en mars 2003, le conditionnement préalable de l’entendement avait bien réussi dans le cas d’Haïti. Le « prêtre rouge » était devenu si indésirable pour les réactionnaires français et étatsuniens et leurs homologues dans la bourgeoisie haïtienne que son renversement s’avérait inévitable. Comme on l’aura vu dans l’attitude israélo-étatsunienne vis-à-vis de l’élection du Hamas à Gaza en janvier 2006, souvent on n’a même pas besoin du prétexte de la démocratie pour justifier l’hostilité envers la résistance des peuples.


Pour maintenant, c’est-à-dire au milieu de l’année 2010, soit après deux ans de régime putschiste et quatre années de gouvernance de la deuxième présidence de René Préval, et un tremblement de terre dévastateur, le pays est toujours confronté à une crise politique et économique et écologique dont il n’est pas prêt de s’en tirer. Mais l’espoir est permis : la résilience et la combativité du peuple jointes à une authentique solidarité internationale (et interpopulaire) peuvent accomplir des miracles d’une envergure révolutionnaire.


(1) Lire pour plus de détails l’article de Walt Bogdanich « Mixed U.S. Signals Helped Tilt Haiti Toward Chaos » dans le New York Times du 29 janvier, 2006. Lire aussi l’article d’Allan Nairn « Our Payroll, Haitian Hit » dans le magazine The Nation, édition du 9 octobre 1995.

* Un essai plus analytique du coup d’État franco-étatsunien en Haïti peut être lu dans l’édition été 2005 de Tanbou-Tambour. Il s’intitule « Un an après le rapt : Pour une praxis de libération conséquente autour d’un consensus national stratégique en Haïti ». Pour le lire, cliquez sur le lien suivant:

(copyright Tontongi (c) , 2010)